PROGRAMME DE MASTERES INTERUNIVERSITAIRE (PMI)


L’organisation du programme des Mastères Interuniversitaires s’inspire du contenu de la loi  n°1/22 du 30 décembre 2011 portant  réorganisation de l’Enseignement Supérieur au Burundi. L’article 4 de cette loi consacre l’existence de l’enseignement supérieur privé  qui à lui seul fait l’objet du titre IV de cette loi. En son article 15, elle consacre l’existence de trois cycles de formation  de durées respectives de trois, deux et trois ans, couronnés respectivement  par les diplômes de Baccalauréat, de Mastère et de Doctorat.

Un des textes d’application  de cette loi , à savoir le décret n°100/50 du 20 février 2013  traite spécifiquement de l’organisation  des établissements d’enseignement supérieur et /ou universitaires privés. Il en précise non seulement les missions, mais également les conditions d’ouverture et les règles de fonctionnement administratif, financier et pédagogique.

S’agissant spécifiquement  du Mastère,  son organisation fait l’objet du titre V du décret n°100/05 du 12 janvier 2015 portant organisation des études de premier et de deuxième cycle universitaire. Le chapitre V de ce décret  porte sur les études de  deuxième cycle et préconise  en son article 32 deux  types de parcours, à savoir : un parcours à finalité professionnelle débouchant sur un Mastère professionnel et un parcours  préparatoire à la recherche sanctionné par un Mastère de recherche. Le présent Programme des Mastères Interuniversitaires (PMI) se focalise uniquement sur des Mastères professionnels.

  Justification de la synergie

Le présent programme des Mastères Interuniversitaires est une initiative commune de trois universités privées du Burundi, à savoir : l’Université des Grands Lacs, agréée par l’ordonnance ministérielle n°530/451 du 2 juin 2000,  l’Université du Lac Tanganyika, agréée par l’ordonnance ministérielle n°610/855 du 24 octobre 2000, et l’Université Martin Luther King, agréée par l’ordonnance ministérielle n°610/194 du 29 mars 1999 modifiée par l’ordonnance ministérielle n°530/1139 du 25 août 2009. Les trois universités ont leur siège social à Bujumbura.

Ce projet s’inspire de nécessité de créer des ouvertures  académiques et professionnelles  aux jeunes titulaires des diplômes de  Baccalauréat. Il s’inspire en outre  de l’incontournable nécessité d’ajuster l’offre de formation  aux exigences nouvelles du marché d’emploi , aussi bien en termes  de niveaux de formation que d’ouvertures socio-professionnelles.  Au moment où des demandes émanant des   professionnels désireux de s’ajuster aux nouvelles exigences  du marché du travail se font de plus en plus pressantes, les promoteurs d’établissements d’enseignement supérieur privé se doivent d’y répondre, au risque de faillir à leur mission.   La synergie s’inscrit enfin dans la droite ligne des  orientations du Conseil Inter-Universitaire de l’Afrique de l’Est (CIUAE) qui a reçu la mandat de créer, dans ce secteur précis comme dans d’autres,  un espace commun d’enseignement supérieur, obéissant aux mêmes standards en vue de rendre effective la mobilité des étudiants et des personnels enseignants –chercheurs de l’enseignement supérieur.

Il ne pouvait par ailleurs en être autrement au regard  du contexte économique actuel du Burundi et de son paysage universitaire, spécialement en matière d’enseignement supérieur privé. Au regard de l’émiettement de ce dernier, les promoteurs de cette synergie se sont convaincus que la mutualisation des ressources matérielles, financières et humaines semblait être la meilleure voie de créer des  offres de formation de IIè cycle viables, mais également de faire face à la concurrence qui dans ce domaine dans d’autres, commence à se faire jour.  Enfin, cette synergie valorise également les recommandations et orientations issues des différents foras nationaux sur l’enseignement supérieur, notamment celles de l’atelier du 9 juin 2016 qui s’est tenu dans les enceintes du CELAB  (centre d’Enseignement des langues au Burundi) qui valorisent  le développement  du  partenariat entre le monde universitaire  et le monde professionnel, mais également la promotion des synergies entre établissements d’enseignement supérieur.

 Des conditions d’admission

L’inscription dans un parcours de formation  conduisant au diplôme de mastère  est régi par les articles 33 et 34 du  décret n°100/05 du 12 janvier 2015 portant organisation des études de premier et de deuxième cycle universitaire. L’article 33 de ce décret ouvre l’accès à un parcours de formation conduisant  au diplôme de Mastère à trois catégories d’étudiants , à savoir : i) les titulaires du Baccalauréat dans un domaine en rapport avec  celui du mastère choisi ; ii) les titulaires d’un diplôme de licence  (ancien système de quatre ans)  ou d’un diplôme jugé équivalent ; ainsi que les titulaires d’un diplôme burundais ou étranger admis en équivalence, en application de la réglementation en vigueur. 

Exceptionnellement , en fonction  des articulations entre le domaine de formation choisi et les parcours scolaire et professionnel antérieurs du candidat, le Conseil scientifique du Mastère choisi  pourra analyser les conditions dans lesquelles  des étudiants ayant validé quatre années d’études supérieures , conformément à la loi n°1/014 du 7 juillet 1999 portant réorganisation du Système de collation des gardes académiques au Burundi, peuvent solliciter une inscription  en deuxième ou en troisième  semestre  du cycle de Mastère,  dans les conditions fixées par l’article 33 du décret n°100/05 du 12 janvier 2015  et dans le respect de l’esprit de l’article 41 du même décret.

Offre de formation 

 

 

Newsletter

Inscrivez à la Newsletter de l'Université pour etre notifié de toutes les annonces comme les Horaires, les communiqués, résultats aux examens et autres...

NOUS CONTACTER

Université du Lac Tanganyika ASBL Q. KIGOBE BP 5403 MUTANGA.
BP : 5403 Mutanga ;
Site web: http://www.ult.bi/
Tél/Fax : (+257) 22 243645/22 246843
Email: webmaster@ult.bi
            ultbuja@yahoo.fr;

 

Suivez nous sur:

Nous sommes sur des réseaux sociaux. Suivez nous et nous contacter.